Une rencontre dans le train 3 - Mes Nouvelles Erotiques

Si vous avez manqué le début de la série, cliquez ici.

Une rencontre dans le train 3

Un long couloir part vers le fond de l’appartement desservant la salle de bains et deux pièces, l’une servant de bibliothèque et l’autre de chambre. Cette dernière contient étonnamment un mobilier assez disparate composé d’un lit double, d’une commode et de tables de chevet assorties.

Une douce lumière tamisée donne un aspect de cocon à cette pièce, laissant sur moi un sentiment d’apaisement instantané. Me détournant de l’entrée de la chambre, je me tourne vers la bibliothèque, curieuse de voir ce qu’elle pouvait renfermer comme trésors.

La moitié de la pièce est recouverte de livres, lus plusieurs fois aux vues de l’état des tranches. Sur le côté opposé de la pièce, un canapé en cuir occupe un pan de mur et une table basse a été placée à proximité. Toute cette pièce m’attirait, mais je me retins de toucher les romans et de m’installer confortablement sur le canapé.

Bastian m’attend à l’entrée de la pièce et me demande si j’aime cet endroit. Lui répondant par l’affirmative, je sors et le frôle, déclenchant un courant électrique dans tout mon corps. Je m’écarte de lui, à la fois gênée et émoustillée par cette sensation ressentie en sa présence.

Nous retournons dans le salon pour nous asseoir tous les deux sur le canapé. Il me propose un café que j’accepte avec plaisir, tant sa proximité me rend nerveuse. Il s’en rend compte et essaye de me détendre en se mettant à parler. Et d’un seul coup, la fluidité de nos échanges revient, comme dans le café tout à l’heure.

Nous nous mettons vraiment à parler de tout. J’apprends ainsi qu’il est journaliste free-lance spécialisé dans le sport, qu’il vit ici depuis 5 ans maintenant et que son signe astrologique est vierge. Il me pose beaucoup de questions sur moi, ma vie, mon métier, mes goûts, s’intéressant à mes réponses et rebondissant sur ce que je dis.

Trois heures passent avant que je ne regarde ma montre et me rende compte que je commence à avoir faim. Le temps a filé à toute allure tant sa compagnie était agréable. Même si j’essaye de rester discrète, mon ventre émet un gargouillis peu discret juste dans un instant de silence. Je le regarde, gênée, et me surprends à sourire devant la situation, ce qui le fit rire aux éclats.

— Tu veux que je fasse un truc à manger ? Tu as faim on dirait.

— Oui, merci j’avoue que je commence à ressentir certains effets. Tu veux que je t’aide peut-être ?

— Non, non, c’est bon, reste assise, je vais nous préparer à manger. Mais tu es la bienvenue dans la cuisine si tu veux.

Curieuse de voir comment il se débrouille derrière les fourneaux, je le suis avec curiosité et m’installe sur un tabouret haut installé devant l’îlot central. Il fut décidé qu’il nous ferait une salade maison. Décidément, il a tout pour lui cet homme.

— Tu peux surveiller la poêle pendant une minute ou deux ? Je dois aller vérifier mes mails un instant.

— Pas de souci, je m’en occupe, dis-je en me levant.

M’installant à sa place, je tourne les lardons qui dorent tranquillement, surveillant qu’ils ne grillent pas. Perdue dans mes pensées, je ne l’entends pas arriver dans mon dos jusqu’à sentir ses mains se poser sur mes hanches et un menton se placer sur mon épaule droite.

— Ça va ? Tu t’en sors ?

— Bien sûr, je sais cuisiner ne t’inquiète pas.

Je me sens troublée par cette intimité qu’il vient de créer en s’installant ainsi derrière moi. On ne se connaît que depuis quelques heures et, pourtant, je me sens bien avec lui, dans sa cuisine, dans cette position.

Percevant mon calme, Bastian se rapproche un peu plus de moi et son torse se cale dans mon dos. Instinctivement je laisse ma tête reposer contre lui. Ses mains quittent mes hanches pour se rejoindre sur mon ventre. Prisonnière de ses bras, je me surprends à fermer les yeux quelques instants et savourer ainsi sa présence.

Ses mains remontent en douceur et viennent frôler le dessous de ma poitrine puis se déplacent le côté et enfin finissent leur course autour de mon cou. Je suis à sa merci, il le sait et j’adore ça.

Une rencontre dans le train 3 vous plait ?La suite est là :

Une rencontre dans le train 3

N’oubliez pas l’ouverture de ma boutique : https://www.mesnouvelleserotiques.fr/boutique

Comments are closed.